Marée noire: BP pourrait avoir sous-estimé l’ampleur de la fuite

L’entreprise British Petroleum a-t-elle sous-évalué la quantité de pétrole qui s’échappe chaque jour de la carcasse de la plateforme Deepwater Horizon? Les premières estimations faisaient état de 5000 barils par jour, soit 800.000 litres de brut.

Mais les images sous-marines des garde-côtes américains, publiées jeudi, semblent indiquer que ce chiffre est bien en-dessous de la réalité. Ainsi, selon la National Public Radio (NPR), jusqu’à 70.000 barils pourraient se déverser quotidiennement dans le golfe du Mexique. Soit 11 millions de litres.

A ce rythme, estiment les experts, la région subit un «Exxon Valdez» tous les quatre jours. Ce pétrolier s’était échoué en 1989 sur les côtes de l’Alaska, déversant 37.000 tonnes de pétrole. Selon les experts cités par la NPR, la catastrophe serait douze fois plus importante qu’estimé initialement.

Steven Wereley, professeur associé de l’université de Purdue, a été interrogé par NPR. Étant donné le caractère imparfait des techniques de mesure, il estime qu’entre 56.000 et 84.000 barils s’échappent chaque jour des tuyaux. Le liquide serait composé de méthane et d’une majorité de pétrole. Eugene Chaing, de l’université de Berkeley, rejoint son collègue, selon le New York Times. Pour lui, l’estimation initiale de 5000 barils par jour est «certainement au moins incorrecte».

De son côté, le directeur d’exploitation du groupe pétrolier BP, Doug Suttles, a répété que «depuis le début, il est difficile de quantifier précisément» la fuite. Il a aussi reconnu que l’écoulement de brut ne pourrait sans doute pas être maîtrisé avant huit jours.

«Nous n’allons pas réussir (à contenir la fuite) aujourd’hui ou pendant les prochains jours, notre meilleure chance sera au plus tôt en fin de semaine prochaine», a-t-il expliqué. «Notre solution ultime est le puits de secours»pour boucher définitivement le puits principal, a-t-il ajouté, citant une méthode qui requiert des forages qui vont prendre près de trois mois.

www.liberation.fr/monde/0101635501-maree-noire-bp-pourrait-avoir-sous-estime-l-ampleur-de-la-fuite

Advertisements

La Russie pourrait suspendre son adhésion à l’OMS

samedi 28 novembre 2009 (09h54)

 

Grippe A : un député de « Russie unie » demande que la Russie suspende son adhésion à l’OMS (newsru.com 28-11-2009)

Article repris sur le site du KPRF sous le titre : Encore un sale coup des capitalistes, ou comment les laboratoires pharmaceutiques se font une fortune grâce à la « grippe porcine »

Il est absolument urgent de vérifier les informations parues dans les médias occidentaux sur la collusion présumée entre l’organisation mondiale de la santé (OMS) et les compagnies pharmaceutiques. Si ces soupçons étaient confirmés, la Russie pourrait suspendre son adhésion à l’organisation, déclare Igor Barinov, membre de la commission de la douma d’État en charge des affaires de corruption.

D’après certaines sources, les experts de l’OMS ont reçu de l’argent des compagnies pharmaceutiques, et c’est ce qui aurait conduit cette organisation, pour la première fois depuis plus de 40 ans, à déclarer officiellement le niveau six d’alerte de pandémie en rapport avec la diffusion mondiale rapide de la grippe A/H1N1. Ce sont des journalistes du journal danois Information qui, après avoir étudié les liens des experts de l’OMS avec les grandes compagnies pharmaceutiques mondiales, en ont conclu que la pandémie de grippe porcine pourrait être l’affaire de corruption la plus grandiose de notre époque.

L’OMS, après avoir déclaré l’état de pandémie de grippe porcine dans le monde, a dans une première étape recommandé fortement à tous les pays d’utiliser dans la lutte contre le virus le produit Tamiflu des laboratoires suisses. Rappelons que ce produit a suscité des critiques en Russie à cause de ses effets secondaires possibles. En même temps, le ministère de la santé ukrainien a été accusé de faire des achats excessifs et injustifiés de Tamiflu.

D’après Barinov, la Russie ne peut rester indifférente aux accusations portées contre l’OMS. « L’organisation est suspectée de corruption. Nous devons absolument mener une enquête minutieuse avant de prendre toute décision » – a-t-il déclaré vendredi aux journalistes. « Si l’information est confirmée, nous devrons poser la question du bien-fondé de la participation de la Russie de l’OMS, et le cas échéant suspendre notre adhésion ».

D’après les chiffres qu’il cite, la Russie a dépensé pour la lutte contre le nouveau virus plus de 4 milliards de roubles, qui, selon le député, auraient pu être dépensés à meilleur escient, annonce RIA Novosti.

Barinov a suggéré de faire mener l’enquête à l’OMS par le représentant russe dans cette organisation, le membre du comité exécutif de l’OMS Vladimir Starodoubov. « Personne ne remet en cause les services rendus au XXe siècle par l’OMS dans la lutte contre la malaria, la variole, le sida, mais aujourd’hui il faut se demander si cette organisation n’est pas frappée elle-même par le virus de la corruption, et dans quelle mesure ces recommandations sont fondées, dans quelle mesure on peut lui faire confiance » – estime le député.

De son côté, le directeur de l’institut de veille sanitaire Guennadi Onichtchenko, prenant la parole vendredi à une conférence du parquet général de la fédération de Russie consacrée au respect de la législation dans le domaine pharmaceutique, a déclaré lui aussi que la lutte contre la grippe porcine dans le monde prend l’allure d’un complot.

http://www.theflucase.com/index.php?option=com_content&view=article&id=2100%3Arussia-could-withdraw-from-who-over-swine-flu-corruption&catid=41%3Ahighlighted-news&Itemid=105&lang=en

 

H1N1: décès en Montérégie

Une femme de 42 ans est décédée mardi soir des complications de la grippe A(H1N1), en Montérégie.

La dame était en bonne santé, mais elle souffrait d’un problème d’asthme léger.

Elle avait été hospitalisée le 30 octobre dans un centre de la région puis transférée dans un hôpital montréalais. Les symptômes grippaux s’étaient manifestés la veille seulement.

La victime travaillait au service informatique de l’Hôpital Anna-Laberge de Châteauguay. Elle n’était toutefois pas en contact avec des patients.

Elle avait été vaccinée deux jours avant son hospitalisation, mais l’immunité du vaccin se développant au cours des 10 premiers jours après avoir reçu la dose, elle n’était pas protégée.

Il s’agit du premier décès relié au virus dans cette région depuis le début de la deuxième vague de la grippe. Au cours des deux derniers mois, 132 personnes ont été hospitalisées en Montérégie, dont 13 dans un état jugé sévère.

C’est le troisième décès à survenir au Québec depuis le 30 août. Une femme de 85 ans de Québec et une autre de 26 ans de Gatineau ont également été foudroyées par la grippe A(H1N1).

(sources: Gouvernement du Québec, LCN)

http://matin.branchez-vous.com/nouvelles/2009/11/h1n1_deces_en_monteregie.html

Le futur sabote-t-il la recherche sur le boson de Higgs ?

Le LHC (Large Hadron Collider) le grand accélérateur de particules du CERN, près de Genève, serait-il victime d’une malédiction venue du futur? Cette monstrueuse machine dont la construction a nécessité 15 ans de travaux et coûté plus de 6 milliards d’euros est tombée en panne en novembre dernier, peu après sa mise en service. Elle est destinée à produire une mystérieuse particule, le boson de Higgs, qui n’aurait existé qu’au tout début du big-bang et qui est censée être à l’origine de la masse de la matière. Pour la recréer, les chercheurs ont donc conçu une expérience consistant à accélérer des protons dans un anneau souterrain avec une énergie proche de celle qui a régné pendant le premier trilionième de seconde de la naissance de l’univers.

Cette entreprise hors du commun a déjà inspiré toutes sortes d’élucubrations: peu avant qu’elle ne démarre, en septembre 2008, deux Américains prétendant qu’elle allait déclencher la formation d’un trou noir susceptible d’absorber la terre ont assigné le Cern devant un tribunal d’Hawaï en demandant l’arrêt des travaux -ils ont été déboutés. Cette fois, ce sont deux physiciens reconnus et respectés qui lancent une hypothèse pour le moins iconoclaste: selon Holger Nielsen, chercheur à l’institut Niels Bohr de Copenhague, et Masao Ninomiya, de l’institut de physique théorique de l’université de Kyoto, il serait possible qu’une mystérieuse contrainte venue du futur sabote le projet pour empêcher la découverte du fameux boson de higgs! Leur théorie ne date pas d’hier: ils l’ont exposé il y a plus d’un an dans deux papiers publiés dans des revues scientifiques et passés pratiquement inaperçus (1).

Cette influence maligne pourrait, selon eux expliquer pourquoi les Etats-Unis ont abandonné en 1993 un projet d’accélérateur similaire au LHC destiné à produire le boson, après que des milliards de dollars aient été investis. L’idée chère aux auteurs de science-fiction que le temps puisse être réversible et qu’il soit possible de voyager dans le passé n’est plus aujourd’hui considérée comme délirante par les physiciens, qui ne s’interdisent plus de cogiter sur des univers parallèles ou l’influence du futur sur le présent, dans la mesure où les lois universelles de la physique sont, pour nombre d’entre eux, réversibles. Il serait ainsi possible que l’univers limite fortement la probabilité de certaines découvertes en raison du danger que celles-ci représenteraient pour l’univers lui-même.

Pour en avoir le coeur net, Nielsen et Ninomya proposent que le Cern réalise un “test de chances” consistant à utiliser un générateur de nombres aléatoires équivalent à tirer des millions de cartes dans un jeu afin de savoir si certaines figures improbables apparaissent. Ce qui signifierait que les probabilités pour que le LHC fonctionne correctement sont très minces…

http://www.lexpress.fr/actualite/sciences/le-futur-sabote-t-il-la-recherche-sur-le-boson-de-higgs_794813.html

Des soldats infectés par une bactérie en quarantaine à Québec

Trois soldats canadiens de retour de Kandahar en Afghanistan sont présentement en quarantaine à l’Hôpital Enfant-Jésus de Québec après que l’on eut découvert qu’ils étaient infectés par une «superbactérie» résistante aux antibiotiques.

Deux autres patients de l’hôpital, qui ne sont pas des militaires mais qui sont entrés en contact avec les soldats infectés, ont également été isolés de peur qu’ils aient contracté la bactérie nommée «Acinetobacter baumanii».

La bactérie nosocomiale, que l’on retrouve généralement dans la terre et l’eau, s’attaque aux systèmes immunitaires affaiblis, particulièrement ceux d’individus qui se remettent de blessures.

Elle peut également occasionner des maladies comme la pneumonie, la méningite ainsi que des infections sanguines ou urinaires. Elle peut également infecter les plaies. Certaines personnes transportent même la bactérie sur leur peau sans éprouver de symptômes.

L’Agence de la santé publique du Canada avait mis en garde, il y a deux ans, les hôpitaux canadiens contre les risques de la propagation de la bactérie à la suite du retour d’Afghanistan de soldats blessés. Ces derniers risquaient, selon l’agence, d’en être malades ou encore de transporter la bactérie dans leur système.

Selon un rapport datant de 2007 publié dans un publication canadienne portant sur le soin des plaies, l’incidence de la souche a augmenté dans les hôpitaux militaires américains, où les soldats sont de retour d’Irak, du Kuwait et d’Afghanistan. L’on estime que le même phénomène pourrait se produire au Canada.

Le ministère de la Défense affirme qu’il travaille en collaboration avec les hôpitaux civils qui accueillent des membres des Forces canadiennes pour minimiser les risques de contamination.

Selon la porte-parole du ministère, Lisa Fiander, les soldats blessés qui quittent l’Afghanistan sont testés deux fois afin de savoir s’ils sont infectés; une fois sur place et une deuxième fois dans un hôpital allemand, où ils transitent. Mme Fiander affirme que la bactérie pose problème parce qu’elle a tendance à résister aux antibiotiques mais elle assure qu’elle peut tout de même être combattue avec succès.

Une porte-parole de l’Hôpital Enfant-Jésus, Geneviève Dupuis, a affirmé que l’hôpital avait soigné, depuis 2007, entre 15 et 20 soldats transportant la bactérie.

Elle affirme également que l’hôpital a pris des mesures pour l’isoler et pour s’assurer que d’autres patients ne l’ont pas contractée.

Selon elle, les patients, les visiteurs et les employés ne devraient pas s’inquiéter.

http://www.cyberpresse.ca/actualites/quebec-canada/national/200908/20/01-894423-des-soldats-infectes-par-une-bacterie-en-quarantaine-a-quebec.php

Bill Surkis accusé

Bill Surkis, un leader de la communauté juive, est accusé de possession de matériel de pornographie juvénile. Il a comparu au palais de justice de Montréal, vendredi après-midi.

Une vingtaine de vidéos de pornographie infantile auraient été retrouvés dans l’ordinateur que M. Surkis a envoyé dans un magasin de réparation.

Informé jeudi soir des accusations, celui qui fut directeur de la section québécoise du B’nai Brith s’est rendu lui-même au poste de police, où il a été mis en état d’arrestation. Il est accusé d’accès et de possession de matériel de pornographie juvénile.

Pour chacun des chefs d’accusation, Surkis est passible d’un minimum de 45 jours en prison. La peine maximale est de 10 ans, selon son avocat, Steven Slimovitch.

Bill Surkis, 69 ans, a été remis en liberté sous plusieurs conditions. Il lui est interdit de se trouver seul en présence de mineurs, et son utilisation d’un ordinateur est limitée à des fins professionnelles. Il doit aussi informer, chaque mois, la police à propos de sa navigation sur le net, et ne pourra pas quitter le Québec.

L’accusé, marié et grand-père, reviendra en cour le 24 septembre prochain pour connaître la suite des procédures.

« Ils seront déçus. Ils me connaissent comme un individu dévoué », a déclaré M. Surkis quant à l’impact qu’aura son arrestation au sein de la communauté juive.

http://www.radio-canada.ca/regions/Montreal/2009/05/29/006-Sukis-pornographie-juvenile.shtml